ActualitésCSH

Le 21 janvier dernier, dans le cadre du cours de sciences, les élèves de 4e secondaire ont eu l’occasion d’en apprendre davantage sur le métier d’ingénieur. En effet, deux élèves de l’école polytechnique de Montréal nous ont fait découvrir différents domaines d’étude en génie au moyen de six ateliers interactifs. Chacun d’entre eux se déroulait en équipe de cinq personnes et durait environ huit minutes. Dans cette période de temps, un nouveau type d’ingénieur nous était présenté chaque fois à l’aide d’une capsule vidéo sur une tablette électronique. Ensuite, la personne qui nous présentait son métier nous lançait un défi à réaliser avec le matériel à notre disposition pour tester nos aptitudes dans cette spécialité. Par exemple, pourriez-vous rendre un morceau de polystyrène, à l’origine rigide et cassant, en un matériau flexible et non cassant simplement en utilisant le moins de matériau possible parmi les suivants : quatre trombones, deux élastiques et du ruban adhésif ? C’était le projet à entreprendre en ingénierie civile. Une méthode pédagogique pour nous permettre de comprendre toute la complexité et l’éventail de compétences nécessaires à cette carrière.  L’ingénieur qui exerce ce métier doit s’occuper principalement de la conception et de la construction d’infrastructures diverses en s’assurant d’avoir des matériaux qui répondent aux normes et aux spécificités qu’elle demande. Nous en avons également appris davantage sur d’autres types de génie comme le génie mécanique, physique, électrique, etc. La rencontre se terminait par un retour sur les apprentissages que nous avions acquis durant la période et sur les multiples autres possibilités d’emplois en ingénierie comme celui du domaine aérospatial, biomédical, chimique, etc. De plus, à la toute fin, nous recevions un questionnaire pour connaître le type de génie qui correspondrait le mieux à notre personnalité et à nos centres d’intérêt. En conclusion, cette activité a été divertissante et très enrichissante pour plusieurs élèves de 4e secondaire. Nous remercions l’École Polytechnique de Montréal de nous avoir offert l’occasion de l’expérimenter!