ActualitésCSH

On s’assoit en se disant que l’on va vivre une expérience hors du commun, c’est le cas de le dire, la troupe de théâtre se produit pour la première fois à l’extérieur. Cependant, on est loin de s’imaginer ce à quoi on va assister. La musique d’ambiance cesse, on est à l’affut du premier personnage qui pointera le bout de son nez sur la scène, mais il n’y en a pas un, il y en a trois. Les sorcières ont quelque chose de magique, d’ensorcelant, de lugubre. Elles nous offrent une prophétie, on ne la comprend pas pour le moment, mais les pièces du casse-tête commencent à s’assembler tranquillement lorsque les différents personnages font leur apparition dans la tragédie.
Les derniers rayons de soleil embrasent l’horizon, on jette un dernier coup d’œil à tous les détails des somptueux costumes et aux différents accessoires du décor. Les jeux d’éclairage apparaissent, on est transporté dans un autre univers.
L’ambiance est glaciale, pas seulement à cause de la température extérieure d’à peine 5°C, mais c’est plutôt en raison du meurtre sordide du «grand boss» qui vient de se produire. On ne peut détacher nos yeux des mains ensanglantées de Macbeth, on n’ose presque pas respirer. Les questions se bousculent dans notre tête : comment une femme, aussi assoiffée de pouvoir soit-elle, a réussi à pousser son mari à commettre un acte pareil? La folie lui monte à la tête, il commandite l’assassinat de son amie. Celle dont l’image reviendra le hanter. Malheureusement pour lui, son régime de terreur ne durera pas très longtemps, une conspiration se prépare et son instigatrice est loin d’avoir le cœur tendre.
Dans une main elle tient sa hache, dans l’autre la tête d’un chef qui n’aurait jamais dû l’être. On reste là quelques instants pour absorber toutes les subtilités du jeu d’acteur, puis on se lève et on applaudit jusqu’en avoir les mains qui picotent pour leur donner l’ovation qu’ils méritent. On repart en voiture et on se demande encore comment une si petite équipe peut réaliser autant de travail en si peu de temps. Alors, à vous tous, membres de la troupe de théâtre et à ceux qui ont permis la réalisation grandiose de ce projet, FÉLICITATIONS!

Emma Belval, 5e sec.

Nouvelles-scene3